Top 7 des meilleurs cépages de vins rouges

vins rouges

Vous vous intéressez depuis peu de temps au vin rouge et vous entendez sans cesse parler de l’importance du cépage. Ce terme désigne une variété de vigne. Chacune se distingue par des caractéristiques génétiques propres, expliquant notamment les différences gustatives des raisins. Certains cépages ont traversé les âges et restent toujours cultivés à ce jour. Voici la liste des sept cépages préférés des vignerons, des viticulteurs et des amateurs de grands crus. C’est parti pour une petite dégustation de vins virtuelle !

1. Le cabernet-sauvignon

Ce cépage incarne pleinement la rive gauche de la Gironde et de la Garonne. Connu et apprécié à travers le monde entier, il fait également le bonheur des participants aux  cours de dégustation et d’œnologie. Les vins qui en sont issus se caractérisent par une robe noire et violacée lorsqu’ils sont jeunes. La maturité venant, elle évolue ensuite vers le grenat. Côté saveur, on retrouve des notes de cèdre et de cassis dès lors que les vendanges ne sont pas trop précoces.

2. Le cabernet franc

Le cabernet franc est originaire du sud-ouest de la France mais occupe désormais le Val de Loire. Tout le monde a encore en tête l’histoire de Richelieu plantant de la vigne sur la commune de Saint-Nicolas-de-Bourgueil ! Ses vins présentent une robe grenat foncé qui deviendra rubis avec le temps. Vous noterez des arômes fruités, différents en fonction de la région (réglisse dans le bordelais, framboise ou cerise en Val de Loire).

3. Le merlot

C’est incontestablement le cépage le plus cultivé en France et tous les consommateurs ont un jour entendu parler du Saint-Émilion. Les vins qui en sont extraits disposent d’une teinte violacée particulièrement foncée. Les senteurs se révèlent complexes à analyser tant elles sont riches. On y retrouve par exemple des notes de mûre, de cerise noire, de pruneau et même d’épices.

4. Le pinot noir

On doit ce cépage au travail de sélection réalisé par des moines de Bourgogne durant le Moyen-Âge. Son “royaume” s’étend aujourd’hui jusqu’au Jura et l’Alsace. Les vins présentent une robe rappelant la brillance d’un rubis. Pour les arômes, on note une dominance des fruits rouges (dont la fraise, la framboise et la cerise griotte). Les vins plus anciens présentent, quant à eux, des arômes de cuir.

5. Le malbec

Présent majoritairement dans le bordelais, ce cépage est également présent, sous une appellation différente, dans le Val de Loire et le Languedoc. Il a même traversé les frontières et les océans puisqu’on le retrouve bien implanté sur les terres argentines. La robe de ses vins reste facile à reconnaître. Elle affiche une jolie couleur grenat relativement foncée à laquelle se mêlent des reflets bleutés. Votre nez n’aura également aucune difficulté à identifier des saveurs fortement prononcées comme la mûre, la myrtille, la cerise noire et l’amande amère. Les tanins seront extrêmement présents dans la jeunesse du produit avant de s’estomper progressivement par la suite.

6. Le grenache

Au fil de son histoire, le grenache est passé par l’Aragon avant de faire cap sur l’Espagne pour revenir s’établir dans le sud de la vallée du Rhône et le Roussillon. Les vins qu’il donne présenteront une couleur grenat bien prononcée dans leur jeunesse. Avec le temps, la robe évoluera vers des tonalités plus proches de l’acajou. On retrouve encore des senteurs de cerise auxquelles viennent se greffer des notes poivrées. Les vins qui auront pris de l’âge se distingueront grâce à leurs senteurs de figue sèche et de cacao.

7. Le gamay

Chassé de la région bourguignonne par Philippe le Hardi au cours du XIVe siècle, ce cépage a pu démarrer une nouvelle vie dans le Beaujolais. Il incarne désormais pleinement cette région particulièrement riche et dynamique sur le plan viticole. Notez également qu’on en retrouve quelques traces dans les régions Centre, Loire et Auvergne. Il n’est pas nécessaire d’être un amateur éclairé pour reconnaître un vin issu du Gamay. Il suffit en effet de se concentrer sur sa robe. Celle-ci présente des couleurs proches du rubis. Après deux ou trois années de maturation, elles évolueront alors vers le grenat et de délicieux reflets violacés viendront s’y ajouter. Le gamay fait également le bonheur de tous ceux qui accordent une grande importance aux senteurs. Le consommateur féminin (mais pas uniquement) apprécie par exemple ses arômes de fraise, de framboise et même de bonbon ! Cette sensation sucrée se retrouve sans surprise aussi en bouche.